Le Post-Doc AMELI est pourvu

Claire Gruhier a intégré l’équipe cette semaine.

Claire Gruhier est géographe spécialisée en télédétection. Elle a obtenu son DESS Télédétection et Géomatique Appliquées à l’Environnement de l’Université Denis Diderot à Paris en 2006. C’est au Centre d’Etudes Spatiale de la BIOsphère qu’elle réalisa ses recherches sur l’humidité du sol par télédétection micro-ondes en région sahélienne, dans le cadre des programmes de recherche SMOS et AMMA, conduisant à l’obtention, en 2010, de son Doctorat en Sciences de l’Environnement de l’Université Pierre et Marie Curie, Paris. Elle a également participé à des travaux de recherche portant sur le suivi de paramètres environnementaux et la cartographie de dommages liés à des catastrophes naturelles.

Emploi post-doctorat AMELI et Séminaire Granit

APPEL A CANDIDATURE POUR UN CONTRAT POSTDOCTORAL PROJET AMELI (ANALYSE MULTIECHELLE DES LISIERES POUR LA REALISATION DE LA TRAME VERTE DE LA REGION POITOU-CHARENTES)

 

Contexte

Le projet AMELI propose une méthode participative et multi-échelles pour la prise en compte du bocage et des lisières (haies, ripisylves, lisières forestières, zones périurbaines) dans la réalisation de la trame verte et bleue (TVB) de la Région Poitou-Charentes, à partir de l’exemple du bocage bressuirais (Nord Deux-Sèvres).

Le projet AMELI est financé dans le cadre de la phase 3 du programme de recherche DIVA « Action publique, Agriculture et Biodiversité » du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, portant sur les continuités écologiques.

Il est coordonné par l’UMR ADES (Université de Bordeaux / CNRS) et implique plusieurs autres équipes : UMR CERSP MNHN, CEFS INRA, ONCFS Pôle Bocage et station de Chizé et en partenariat avec le CETE Sud-Ouest.

L’enjeu est :

  • scientifique : identifier et caractériser l’efficacité des continuités écologiques des réseaux de lisières et de haies dans les paysages agricoles de la région Poitou-Charentes qui constitue un espace d’intérêt national et européen pour la connexion des bocages atlantiques de l’ouest et du centre de la France.
  • social : expérimenter sur la base d’analyse de cas concrets une démarche de concertation adaptable à d’autres contextes en proposant une co-construction de savoirs sur la biodiversité bocagère avec des scientifiques et des habitants d’un territoire afin de faciliter l’appropriation locale de la démarche TVB et faciliter sa transposition dans les documents d’urbanisme (PLU et SCOT).
  • politique : explorer les principes et les méthodes qui pourraient être introduits pour la prise en compte de la TVB dans les documents de planification pour mieux relier sa réalisation entre l’échelon local et l’échelon régional.

Le projet se propose de :

  • identifier et cartographier les continuités écologiques bocagères à partir d’expertises locales (agriculteurs, naturalistes amateurs, randonneurs, chasseurs, gestionnaires, etc.) et scientifiques (géographie et écologie) fondées notamment sur un suivi des communautés d’oiseaux, la modélisation des déplacements du chevreuil et l’exploitation d’images satellitaires,
  • associer les acteurs locaux à la construction d’une base de connaissances partagées sur la biodiversité et la fonction écologique du bocage dans le cadre d’un processus de concertation basé sur le consensus différencié (rapprochement des points de vue par l’argumentation et reconnaissance des divergences),
  • produire une cartographie de la sous-trame bocage (haies et lisières) susceptible d’être déclinée à différentes échelles de l’échelon communal ou intercommunal des documents d’urbanisme, à l’échelon régional (contribution à la réactualisation des Schémas Régionaux de Cohérence Ecologique) et d’être modifiée et adaptée en fonction des besoins et des usages.

 

Objectifs du Post-Doc

L’objectif du post-doctorat, se déroulant sur l’année 2 d’un projet sur 3 ans, est de conceptualiser et mettre en œuvre une méthode permettant de cartographier les connaissances locales (savoirs naturalistes, savoirs vernaculaires) dont le recueil est actuellement en cours auprès des acteurs notamment par le biais d’entretiens et d’une enquête photographique menés par un doctorant. Il s’agit de construire une base de données géographique partageable et multi-échelle à partir des travaux de terrain, des données existantes et des données de télédétection pour assurer un transfert des connaissances locales principalement fondées sur des vues paysagères (tangentielles) en direction de vues cartographiques (projectionnelles).

Pour ce faire, le post-doctorant disposera :

  • de bases de données géographiques nationales (BD IGN, RPG, …) ;
  • de bases de données géographiques locales (BD Haies du Pays, …) ;
  • d’imageries satellites optiques et de MNT (RapidEye, SPOT 5, … programme GEOSUD) ;
  • d’un accès aux productions en cours dans le cadre sur SRCE ;
  • de compte-rendu d’entretiens avec les acteurs locaux ;
  • d’une enquête photographique.
  • de logiciels de télédétection (ENVI) et de SIG (ArcGIS, MapInfo, QGIS)

L’approche préconisée vise dans un premier temps à une déconstruction des bases de données existantes (en mobilisant notamment les entretiens et l’enquête photos et les données de télédétection) pour produire des unités spatiales élémentaire. Ces dernières seront ensuite reconstruites (assembler) dans le cadre d’ateliers de cartographie participative sur la base des différentes représentations des acteurs et des besoins opérationnels. Cette déconstruction/reconstruction mobilise donc une approche à la fois quantitative (traitement des données, traitement d’images) et qualitative (animation, médiation).

Intégré au sein de l’UMR ADES, le post-doctorant sera associé aux activités du laboratoire, en particulier :

  • Séminaires du pôle 1 « Paysage, environnement ; qualité et ressource »
  • Séminaires du plateau transversal GRANIT (Groupe de Recherche en Analyse de l’Information Territoriale).

Profil

  • Doctorat en Géographie / Géomatique.
  • Bonnes connaissances des problématiques environnementales.
  • Bonnes connaissances de la Télédétection et maîtrise des logiciels (ENVI)
  • Bonne maîtrise des logiciels SIG (QGIS / ArcGIS).
  • Maîtrise de la modélisation des bases de données géographiques (UML)
  • Connaissances et intérêt pour l’écologie du paysage seraient un plus.
  • Connaissances et intérêt pour le bocage seraient un plus.
  • Connaissances et intérêt pour les démarches participatives seraient un plus.

 Localisation

  • Le laboratoire d’accueil est situé à la Maison des Suds, sur le campus universitaire de Bordeaux-Pessac (33).
  • Des déplacements sont à prévoir sur le terrain d’étude dans le bocage bressuirais (79).

Durée du contrat

  • CDD de 12 mois à compter du 1er février 2013.

 Rémunération 

  • environ 2034,71 € net

Pour candidater, envoyer CV et lettre de motivation à

amelot@u-bordeaux3.fr et m.noucher@ades.cnrs.fr

affiche granit

Séminaire Granit le 25 Janvier 2013 à la maison des sucs 9h30 -12h

Contribution des données de télédétection multi-résolution à la caractérisation des éléments de paysage aux différentes échelles spatiales.

Invité Jean Nabucet, Laboratoire LEGT-Rennes Costel

Débat animé par Xavier Amelot et Julie Pierson

Depuis quelques années, nous assistons à une multiplication de l’offre de données de télédétection permise par une multiplication du nombre de capteurs. Ces nouvelles données élargissent d’avantage nos champs d’investigation et améliorent également la compréhension de certains phénomènes. Les avancés majeures dans ce domaine ont été marquées par une augmentation de la répétitivité temporelle des capteurs (avec pour certains, un passage journalier sur la même zone), une amélioration de la résolution spatiale, une amélioration de la résolution spectrale des capteurs et la démocratisation de certains types de capteurs comme les radars à synthèse d’ouverture ou encore les LIDAR (Light Detection And Ranging).

A partir de travaux menés par le laboratoire LETG-Rennes COSTEL, Jean Nabucet présentera les diverses données de télédétection à disposition de la communauté scientifique (de la moyenne résolution aux données Très Haute Réssolution Spatiale (THRS)), l’intérêt de ce type de données en fonction de l’objet d’étude, les méthodologies de traitement mises en oeuvre pour permettre l’extraction de l’information. Une attention particulière sera portée aux nouvelles données de télédétection, à savoir les données THRS, LIDAR et Radar. L’ensemble de ces points seront abordés au travers de divers exemples :

  • cartographie de la trame verte à une échelle régionale (DIVA2 CORRIDOR),
  • extraction des linéaires boisés à différentes échelles (exemples : haies, vignoble),
  • cartographie des habitats naturels et semi-naturels dans les zones humides aux échelles fines (fusion de données optique/LIDAR),
  • évaluation de données radar pour la cartographie de la trame verte (fusion optique/radar, DIVA3 Agriconnect).