AMELI

LE PROGRAMME AMELI

>> L’appel à projet DIVA
Le Service de la recherche du Commissariat général au développement durable du MEDDTL conduit le programme de recherche DIVA « Action Publique, Agriculture et Biodiversité » depuis plus de dix ans. Ce programme vise à susciter des recherches contribuant à définir et/ou à mettre en œuvre des actions publiques qui répondent aux enjeux de préservation et de prise en compte de la biodiversité dans l’évolution de l’agriculture.
Au printemps 2011, le programme DIVA un appel à projet intitulé « Continuités écologiques dans les territoires ruraux et leurs interfaces » au printemps 2011.
Cet appel à propositions de recherche s’articulait autour des trois axes complémentaires suivants :
• Axe 1 : Les fonctionnalités écologiques des différentes composantes de la trame verte et bleue, à différentes échelles
• Axe 2 : Les processus d’innovation dans l’action publique
• Axe 3 : La gestion des trames vertes et bleues et le suivi de leur efficacité
La proposition baptisée AMELI (Analyse Multi-Echelle des Lisières pour la réalisation de la trame verte de la région Poitou-Charentes – Application au bocage bressuirais), coordonnée par Xavier Amelot de l’UMR ADES, a été retenue et validée le 21 décembre 2011.

>> Les objectifs
Le projet de recherche AMELI (Analyse Multi-Echelle des Lisières pour la réalisation de la trame verte de la région Poitou-Charentes – Application au bocage bressuirais) porte sur l’analyse multi-échelle des fonctionnalités écologiques et de leur intégration aux documents de planification. Nous considérons en priorité les espaces agricoles et de leurs interfaces (boisées ou urbaines) formant des lisières (haies, ripisylves, lisières forestières, zones périurbaines). Il s’agit de contribuer à l’élaboration d’une méthodologie assurant la mise en cohérence aux différentes échelles des continuités écologiques relatives aux espaces agricoles d’usage extensif, aux bocages et aux lisières.

Nous posons la problématique dans le cadre de la mise en place de la trame verte de la région Poitou-Charentes. Le terrain d’étude constitue en lui-même un corridor inter-régional majeur pour le continuum bocager qui justifie d’emblée une analyse interscalaire. Cependant, c’est surtout aux difficultés de transposition entre les échelons régionaux et celui des territoires opérationnels des outils de zonage et de réglementation (celui des PLU) que le projet entend répondre.

Nous proposons une exploration des principes et méthodes qui pourraient être introduits dans les documents de planification afin de relier les représentations régionales, produites selon une démarche scientifique et technique, aux représentations locales fondées en partie sur des savoirs vernaculaires et porteuses d’enjeux de gouvernance forts.

>> La démarche
La méthode proposée combine sciences de la nature, sciences sociales et sciences spatiales dans une démarche de médiation visant à la co-construction de la trame lisière et bocages avec les acteurs locaux.

Dans une perspective opérationnelle, l’objectif du projet est d’abord de valider les continuités écologiques des réseaux de lisières et de haies à l’échelle locale par une modélisation de données cartographiques et satellitales confrontées à une analyse diachronique des fonctionnalités. La proposition permettra une caractérisation et un suivi des communautés descriptives de la typologie de lisières (à travers un suivi portant notamment sur les populations d’oiseaux et de chevreuils), de la densité du réseau de haies, de leur capacité d’accueil et de leur dynamique. Ces descripteurs serviront autant pour la validation des continuums que comme indicateurs d’évolution de la trame écologique pour le suivi. Il s’agit en parallèle de mettre en place un outil de médiation entre les constructions scientifiques et les représentations vernaculaires de la biodiversité à l’échelon local. Une concertation fondée sur la démarche de consensus différencié permettra de faire remonter les informations qui enrichiront les bases de connaissances et permettra d’envisager la coproduction de bases de données à représentations multiples utiles à la décision. A l’image des continuités écologiques, les combinaisons multiformes issues de cette base de données variant selon les échelles, les clés d’entrée et les objectifs offriront un socle informationnel pour la prise en compte locale des trames vertes et bleues. Une telle approche aiderait pleinement les décideurs à tenir compte, dans leurs planifications, de la richesse de cartographies fondées sur le «consensus différencié» : outil d’aide à la co-décision et pas simplement outil d’aide à la co-représentation.

>> Le terrain d’étude
Dans le cadre de la mise en place de la trame verte de la région Poitou-Charentes, notre étude privilégiera l’analyse multi-échelle des fonctionnalités écologiques des espaces agricoles et de leurs interfaces (boisées ou urbaines) formant des lisières (haies, ripisylves, lisières forestières, zones périurbaines).

L’intérêt scientifique et opérationnel de ce choix est multiple. Sur le plan écologique et spatial, au-delà de leur intérêt local, les espaces bocagers de la région Poitou-Charentes constituent le lien principal entre le bocage du massif armoricain et celui du centre de la France (figure 1 et 2 ci-dessous) et mérite à ce titre une attention particulière.

La proposition de recherche coïncide en outre avec l’initiation par la région Poitou-Charentes de son SRCE, associant parmi ses partenaires principaux le CETE Sud-Ouest chargé par la région de la réalisation de la cartographie de ses continuités écologiques. Notre ambition est de tester un protocole en vrai grandeur en intégrant le projet au coeur du dispositif d’acteurs. La région Poitou-Charentes présente de plus l’intérêt de voir le Conseil Régional – co-porteur avec l’Etat de la mise en oeuvre de la TVB-, engagé dans la promotion des démarches participatives innovantes, notamment dans le cadre de la TVB. Enfin, de nombreuses actions locales ont été entreprises sur le bocage de la région assurant au projet des partenariats opérationnels et permettant l’accès à des données spatialisées (haies, faune) à une échelle très fine (Pôle Bocage de l’ONCFS, Association Bocage Pays Branché).

>> Le calendrier
Le programme AMELI a débuté en décembre 2011 pour une durée de 3 ans. Le calendrier pour la première partie du programme est le suivant :
1er semestre 2012 : état des lieux sur le bocage bressuirais. Identification et perception des acteurs locaux.Inventaire et qualification des données SIG.

2ème semestre 2012 : organisation d’ateliers thématiques avec les acteurs locaux.Caractérisation du bocage avec une approche par le paysage.

1er trimestre 2013 : traitement cartographique issu des ateliers thématiques.Spatialisation des représentations identifiées en ateliers.

2ème trimestre 2013 : ateliers de mise en commun des résultats.Confrontation des cartographies différenciées.

>> L’équipe

Une partie de l’équipe de recherche réunie début lors d’un atelier à Cerizay (79).

Le programme de recherche AMELI regroupe une équipe pluridisciplinaire composée de :

• Xavier AMELOT, enseignant-chercheur en géographie, à l’Université de Bordeaux III, rattaché au laboratoire ADES et responsable du programme : amelot@u-bordeaux3.fr

• Laurent COUDERCHET, enseignant-chercheur en géographie, à l’Université de Bordeaux III, rattaché au laboratoire ADES.

• Sébastien NAGELEISEN, enseignant-chercheur en géographie, à l’Université de Bordeaux III, rattaché au laboratoire ADES.

• Matthieu NOUCHER, chercheur en géographie / géomatique, au CNRS, rattaché au laboratoire ADES.

• Véronique ANDRE-LAMAT, enseignant-chercheur en géographie, à l’Université de Bordeaux III, rattaché au laboratoire ADES.

• Julie PIERSON, assistante ingénieure en géomatique, au CNRS, rattachée au laboratoire ADES.

• Aurélie BOUSQUET, doctorante en géographie, à l’Université de Bordeaux III, rattachée au laboratoire ADES.

• Sophie MORIN, ingénieur des travaux au Pôle Bocage, ONCFS.

• Jean-Marie BOUTIN, ingénieur de recherche, responsable du CNERA Avifaune Migratrice, ONCFS.

• Cyril ERAUD, ingénieur de recherche, ONCFS.

• Arnaud VAUDELET, chargé de mission géomatique, ONCFS.

• Yohann TRIMOREAU, technicien de l’environnement, ONCFS.

• Aurélie COULON, Maître de conférence en écologie, Laboratoire CERSP, MNHN.

• Mark HEWISON, Directeur de recherche en écologie, Laboratoire CEFS, INRA.

Le CETE du Sud-Ouest, en charge de la modélisation cartographique pour la mise en œuvre du SRCE en Poitou-Charentes, est également pleinement associé à ce programme avec, notamment, l’implication d’Eric GUIGNARD, Chef de projets Milieu Naturel.

Les stagiaires qui participent (ont participé) au programme AMELI sont :

• Hélène DURAND, Master 1 Gestion Territoriale du Développement Durable, Université de Bordeaux III (2012).

• Daniel BECKER, Master de Géographie, Université de Bonn (2012).